Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Philippe MAURIZOT est diplômé d'universités françaises et étrangères (boursier), sous-officier de réserve de l'Armée de l'Air (BA 125), a collaboré avec différentes entreprises de la région comme consultant et co-dirige aujourd'hui une société d'ingénierie et de services.

Résidant ici depuis toujours, investi dans la vie politique locale depuis plus de 20 ans, il a été candidat au Conseil général en 2008 sur le canton d'Istres sud, candidat au Conseil régional PACA en 2010, candidat suppléant aux législatives 2012 sur la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône et candidat tête de liste aux municipales 2014 à Fos-sur-Mer. Il est élu Délégué au SAN Ouest Provence en 2001 et est actuellement Conseiller municipal de la ville de Fos-sur-Mer, Conseiller communautaire au SAN Ouest Provence et Conseiller national des Républicains pour la treizième circonscription des Bouches-du-Rhône.

Ce site présente son point de vue et ses actions sur les sujets et dossiers municipaux et intercommunaux.

Recherche

Contact

     nveau pavé

Videowall

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 20:27

Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, le dernier point à l'ordre du jour consistait à prendre position sur l'accueil d'une famille de migrants dans notre ville, avec mise à disposition d'un appartement T3 sur le contingent communal.

 

La majorité et le représentant du Front de Gauche ont voté POUR.

 

Les élus "Les Républicains" ont voté CONTRE.

 

Vous trouverez ci-dessous l'intégralité de la déclaration de Philippe MAURIZOT, faite à ce sujet, au cours de ce conseil municipal :

 

"En ce qui nous concerne, nous refusons que le gouvernement nous dicte une politique basée sur des quotas en matière d'accueil de réfugiés dans notre ville, car l’accroissement des flux migratoires incontrôlés est, avant tout, la conséquence des choix de la politique internationale auxquels se livre le gouvernement.

 

C’est donc au gouvernement d’en assumer les conséquences à son niveau, sans refiler le mistigri aux communes dont, par ailleurs, il réduit comme jamais les dotations financières.

 

Alors que le nombre de Fosséens qui attentent un logement social - souvent depuis des années - ne cesse d’augmenter, nous considérons qu’il est anormal et même injuste qu’ils se fassent passer devant par qui que ce soit.

 

Nous connaissons tous des familles locales dont la détresse n’a, malheureusement, parfois rien à envier à celle de certains migrants.

 

Or, autour de cette table, nous sommes des élus locaux, élus par et pour défendre et protéger une population locale.

 

Pour notre part, nous considérons donc que c’est cette population locale qui doit être notre priorité face à des solutions et des moyens locaux en nombre limité, qui plus est financés par les impôts de cette même population.

 

Aussi, nous sommes contre l’attribution, au détriment d’une famille Fosséenne, d’un logement communal de type 3, à une famille de migrants.

 

Que chaque élu assume les responsabilités qui sont les siennes à son niveau et les vaches seront mieux gardées.

 

Nous considérons que le problème des migrants doit être traité à la source par les élus nationaux, au lieu de débattre sur des quotas de répartition par pays, qui se traduisent, au final, par des répartitions dans nos villes.

 

Les quotas ne peuvent être que la conséquence d'une nouvelle politique d’immigration et en aucun cas le préalable !

 

Nous avons besoin d'une stratégie claire, seule à même de rassurer les Français sur la capacité de notre pays à maîtriser la situation.

 

Or, les Français constatent, chaque jour, que sur ce sujet aussi, François Hollande a perdu toute maîtrise des événements.

 

Quant aux Fosséens, ils apprécieront certainement la portée réelle de votre slogan de campagne qui est (ou était ?) : «Fos d’abord»…"

 

Philippe MAURIZOT

Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 10:38

Les objectifs ambitieux (trop ambitieux ?) des élus de la majorité de OUEST PROVENCE en matière de logement sur notre territoire sont loin d'être atteints.

 

Sur la période 2009-2014, la part globale de logements (privés et sociaux) réalisée par rapport à l'objectif fixé n'est que de 44,4% !

 

L'accès à la propriété - que je plébiscite - est également insuffisamment aidé par la majorité intercommunale, alors que dépenser de l'argent public dans ce sens me paraît être "un bon investissement".

 

Pourquoi ?

 

Parce que comme je l'ai souligné hier soir au Conseil communautaire, c'est une bonne façon de lutter - en amont - pour obtenir un meilleur cadre de vie et une meilleure sécurité dans les quartiers.

 

Mais c'est aussi un excellent outil pour permettre à nos administrés d'améliorer leur retraite en devenant propriétaire de leur résidence principale.

 

Enfin, à terme, c'est un bon moyen d'aider leurs enfants à démarrer dans la vie.

Published by Philippe MAURIZOT - dans SAN Intercommunalités Métropole
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 22:35

MAG FOS 04 2015

Cliquer sur le texte ci-dessus pour l'agrandir

Ecoutez ci-dessous - en cliquant sur le bouton orange - l'argumentaire développé à ce sujet par Philippe MAURIZOT, lors du Conseil municipal du 20 janvier dernier.

 

Published by Philippe MAURIZOT
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:40

Le Conseil municipal du 24 février 2015 a mal commencé.

 

L'élu du Front de Gauche a manifesté sa colère contre le Maire en quittant la table du Conseil municipal pour aller s'installer... dans le public !

 

La première intervention de Philippe MAURIZOT porte sur une décision de la commune d'attaquer en justice le Conseil Général présidé par Jean-Noël Guérini.

 

Il s'agit de s'opposer au Plan départemental de gestion des déchets, car ce plan fait la part belle... à l'incinération !

 

Or, M. Raimondi est Conseiller Général et... membre de la majorité de M. Guérini !

 

Pour sa défense, M. Raimondi reconnait que "sa voix de Conseiller Général n'est pas entendue au Conseil Général" ! 

  

Pourtant, le mois prochain, il se représente aux élections départementales sur notre canton... pour cette même majorité !

 

Ecoutez l'extrait où M. Raimondi reconnaît ne pas être entendu par sa majorité au Conseil Général :

 

 

 

Le point N°6 à l'ordre du jour concerne le transfert de biens et d'équipements immobliers du SAN Ouest Provence, vers la commune.

 

Objectif : protéger, "sanctuariser" ces biens et équipements en vue du remplacement du SAN Ouest Provence par la Métropole au 1er janvier 2016.

 

Ce point N°6 donne l'occasion à Philippe MAURIZOT de demander à René Raimondi s'il compte toujours démissionner du PS, comme il l'avait promis en mai 2013 si la loi sur la Métropole était votée.  LIEN vers l'article : René RAIMONDI MENACE (encore) DE QUITTER LE PS. 

 

Ecoutez leurs échanges à ce sujet et la réponse de R. Raimondi :

 

 

 

Le point N°16 à l'ordre du jour concerne le financement, par la ville, de deux éducateurs spécialisés en prévention de la délinquance.

 

Chaque année, ces deux éducateurs sont mis à disposition de la ville par l'ADDAP 13.

 

Or, le coût de cette opération - plusieurs dizaines de milliers d'euros par an - pourraît être pris en charge par le Conseil Général qui pourtant, malgré les demandes répétées du Maire-Conseiller Général, refuse chaque année !

 

Ces trop nombreux refus de financement - qui nous obligent à puiser dans les caisses de la ville - donnent l'occasion à Philippe MAURIZOT de souligner l'incapacité de M. Raimondi à obtenir des subventions du Conseil Général dont il est pourtant membre de la majorité.

 

D'ailleurs, l'hebdomadaire d'information l'EXPRESS, dans son édition spéciale de cette semaine, place la ville de Fos-sur-Mer, ainsi que celle d'Istres, parmi les 10 villes les moins aidées par le Conseil Général, sur les 119 que comptent les Bouches-du-Rhône !

 

Un mauvais résultat pour M. Raimondi en qualité de Conseiller Général du canton de Fos-sur-Mer/Istres/Saint-Mitre-les-Remparts...

 

Ecoutez les échanges à ce sujet :

 

 

 

Ci-dessous, extrait de l'Edition Spéciale de l'hebdomadaire l'EXPRESS N°3320 (semaine du 18 au 24 février 2015) classant les villes de Fos-sur-Mer et Istres parmi les 10 villes (sur un total de 119) LES MOINS AIDEES des Bouches-du-Rhône par le Conseil Général 13.

 
Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 18:30

B-copie-1.jpg

 

Le 7 janvier 2015, notre démocratie a pris une balle en pleine poitrine.

Des obscurantistes barbares se sont livrés à des actes de guerre au cœur même de notre capitale.

Horreur, condamnation, tristesse.

Plus de mots ne serviraient à rien. Maintenant, ce sont les maux que nous devons traiter, vite et fort.

Il n'y a pas de doute et ce n'est pas du tout exagérer la situation que de dire que nous sommes EN GUERRE.

Une guerre d'un nouveau genre, mais une guerre quand même. Une guerre sur notre propre sol, une guerre que nous devons gagner si nous voulons sauver notre mode de vie et nos valeurs, autrement dit, si nous voulons sauver notre civilisation. 

Les 10 et 11 janvier 2015, nous étions tous Charlie. Mais demain, après demain ?

Après l'indignation, la compassion, quelles ACTIONS ?

Comme beaucoup d'entre vous, je souhaite du pragmatisme, je souhaite des actes concrets, je souhaite des résultats. Mais avant tout, je souhaite DU COURAGE. Du courage de la part de nos responsables politiques de gauche comme de droite.

Pour commencer, le "politiquement correct" doit être jeté à la poubelle. Il sert d'alibi à trop de monde, à trop d'incapables, à trop de lâches et finalement il ne fait qu'engendrer le pire.

 

Philippe MAURIZOT

 

        UNITE NATIONALE

A-copie-1.jpg

A Fos-sur-Mer aussi, le 8 janvier 2015 à midi, sur le parvis de l'Hôtel de Ville, toutes les tendances politiques du Conseil Municipal représentées et solidaires contre la barbarie et pour la défense des valeurs de la République.

10931544 10152958905169827 6093376667708360741 n
10931405_10152958904909827_101325215761300692_n.jpg

A Istres, le 10 janvier 2015 à 17h00, pour une marche silencieuse.

Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 14:18

 

Lors du Conseil municipal du 15 décembre 2014, la majorité a donné son feu vert pour l'implantation d'un restaurant Mc Donald's à l'entrée sud de la ville, entre la plage, les marais salants, les arènes, l'office de tourisme et la chapelle Notre Dame de la Mer (Xe-XIIe siècle), classée monument historique depuis 1965 !

 

Implanter un établissement comme celui-ci - et sa signalétique commerciale - à cet emplacement, serait, selon nous, une hérésie à la fois esthétique, culturelle et économique.

 

Hérésie esthétique car on ne verrait que ça à l'entrée principale de la ville. Outre l'impact visuel fort, la pollution générée : emballages, papiers gras, matières plastiques... ira irrémédiablement envahir les espaces naturels à proximité.


Hérésie culturelle car, placé à cet endroit, le contraste serait total avec des éléments forts de notre histoire, de notre nature et de nos traditions : marais salants, flamants roses, arènes, chapelle de la mer et l'Hauture en arrière plan...

 

Hérésie économique car, alors que nos commerces sont presque tous mourants, les derniers restaurants du secteur se verraient porter un coup fatal.

 

Un McDo à Fos-sur-Mer, oui, mais...

PAS A CET ENDROIT !

NON à McDo-sur-Mer !

 MacDo sur Mer

La municipalité ne doit pas faire passer les intérêts de la firme Mc Donald's avant ceux des Fosséens !

 

LP McDo petit

LP McDo Grand

 

Le débat complet sur ce sujet a été filmé par MARITIMA lors du Conseil municipal du 15 décembre 2014.

 

Cliquez ICI pour visionner cette vidéo


Ecoutez, ci-dessous, l'intervention de Philippe MAURIZOT, sur ce sujet, lors du Comité Intercommunal du SAN Ouest Provence du 18 décembre 2014 :


Ecoutez, ci-dessous, le flash info de FRANCE BLEUE PROVENCE, sur ce sujet, en date du 1er janvier 2015 :
Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 15:54

La réforme des rythmes scolaires qui s’applique aujourd’hui figurait au 38e rang des 60 engagements du candidat Hollande à la Présidentielle.

 

Tout au long de sa campagne, ce dernier a proclamé qu’il reviendrait sur la semaine de 4 jours instaurée en 2008 par Xavier Darcos - alors ministre de l’éducation nationale de Nicolas Sarkozy - pour la porter à 4,5 jours.

 

F. Hollande a prononcé plusieurs discours de campagne allant clairement dans ce sens, notamment à Pierrefitte en janvier 2012 ou à Orléans en mars de la même année.

 

Vincent-Peillon-et-Francois-Hollande

 

Aujourd’hui, le maire socialiste de Fos encourage et appelle de ses vœux, un mouvement national… contre cette réforme gouvernementale !

 

M. Raimondi veut nous faire croire qu'il n’aurait pas lu le programme de François Hollande, qu'il n’aurait pas suivi la campagne de son candidat, qu'il n’aurait pas écouté ses discours sur le sujet...

 

Pourtant, M. Raimondi n’est-il pas militant enthousiaste et élu socialiste ? N’a-t-il pas voté pour François Hollande ? N’a t-il pas appelé à voter pour lui ? N’a t-il pas cautionné et soutenu son programme et donc… cette réforme ?

 AFFICHE RAIMONDI+HOLLANDE

 

En cette rentrée 2014, quand je vois le ramdam médiatique et la nouvelle manipulation à laquelle se livre le maire de Fos pour tenter de se remettre dans le sens du vent - qui a tourné... - je me dis que lui et moi n'avons définitivement pas la même façon de faire de la politique et de respecter les électeurs.

 

Philippe MAURIZOT

 

A ENTENDRE SUR LE SUJET :

Le 2 septembre 2014, René Raimondi est "recadré" au téléphone par les chroniqueurs de l'émission "Les Grandes Gueules" sur RMC. Ne manquez surtout pas la fin de leurs échanges !

 

 


 

Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 10:24

Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 août 2014, vers 3H15 du matin, les habitants des immeubles nord de La Saladelle ont été réveillés par l'odeur de la fumée.

 

Des véhicules étaient en flammes sur le parking adjacent aux terrains de tennis récemment couverts et le feu menaçait de s'étendre à d'autres...

 

PREMIERE 

Heureusement, le civisme des habitants a permis d'éviter un bilan plus désastreux que les quatre véhicules entièrement détruits.

 

En pyjama, parfois pieds nus, les uns tapaient aux portes de leurs voisins, pendant que les autres déplaçaient leurs véhicules avant qu'ils ne soient touchés. 

 

Puis les pompiers et la police municipale sont arrivés et ont fait leur travail.

 

pompiers

 

Le dimanche matin, très tôt, les véhicules incendiés ont été évacués et le matin suivant, ce sont les services municipaux et une société spécialisée qui ont fini de nettoyer les lieux afin de faire disparaître au plus vite les traces du drame.

 

ok-copie-1.jpg

3 cars 

Il est vrai que la vision de l'inscription "Fos écrin de vie" sur la façade des tennis couverts, juste en arrière plan des véhicules calcinés, soulignait ironiquement la contradiction...  

 

écrin de vie

D'autant que la même nuit, outre les quatre véhicules de La Saladelle, trois autres ont été incendiés au Mazet et un de plus au village, ce qui porte à huit le nombre total de véhicules détruits cette nuit là dans notre commune.

 

Un propriétaire, qui a porté plainte auprès de la police nationale de Martigues, rapportera l'information suivante : ce serait un total de 30 véhicules qui auraient été incendiés à Fos-sur-Mer sur les seuls 15 jours précédents !

 

La presse n'a fait écho d'aucun de ces faits.

 

Reste que des gens se retrouvent lourdement et injustement pénalisés par la perte de leur véhicule avec toutes les tracasseries associées que l'on imagine.

 

Que se serait-il passé si le feu s'était propagé à l'infrastructure en plastique neuve des tennis couverts située à quelques pas ?

 

Les dégâts matériels auraient pu être bien plus lourds, sans parler d'éventuels victimes. 

 

Le système de vidéosurveillance étendu que je préconise depuis longtemps et que le maire refuse de développer prétextant que "cela n'entre pas dans sa philosophie", aurait certainement permis une dissuasion ou une intervention plus rapide des secours et peut être même une identification des coupables.

 

Mais certains préfèrent se cacher derrière des slogans plutôt que faire face à leurs responsabilités de façon pragmatique.

 

Jusqu'à quand ?

 

Espérons que ce ne soit pas jusqu'à ce qu'un véritable drame ne survienne.

 

Si je condamne les actes stupides, dangereux et impardonnables que constituent ces incendies volontaires, je condamne tout autant ceux qui ont les moyens d'agir mais refusent de le faire par idéologie inadaptée, par angélisme naïf ou par manque de courage politique.

 

 

                                                                   Philippe MAURIZOT

 

 


 


 


Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 13:30

Au cours du Conseil intercommunal du SAN Ouest Provence du 23 juin 2014, la question de la constitution des groupes politiques a été traitée dans le cadre du vote du règlement intérieur de cette assemblée.

 

René Raimondi, Président socialiste du SAN Ouest Provence, a refusé que les élus UMP, Philippe MAURIZOT et Michel LEBAN, puissent constituer un groupe ouvert à d'autres conseillers de la droite et du centre comme la loi l'y aurait pourtant autorisé.

 

En effet, la formule choisie par le Président du SAN Ouest Provence ne permettra la constitution que d'un seul groupe d'opposition : celui du Front National !

 

Malgré une demande respectueuse des représentants UMP, M. Raimondi est resté sur sa position.

 

Il a terminé son "argumentation" en tenant des propos totalement indignes du Président d'une assemblée démocratique, après que Philippe MAURIZOT ait souligné "l'aspect FN-PS" de sa "stratégie politique" ?

 

Jugez vous-même en écoutant l'enregistrement ci-dessous :

 

 

 

Cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir :

 LP 25 6 2014 FN-PS

 

Published by Philippe MAURIZOT - dans SAN Intercommunalités Métropole
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:34

A l'occasion du Conseil municipal du 19 septembre 2013, une question portait sur la prolongation du marché de maintenance des quelques caméras de vidéo protection de la ville.

Philippe MAURIZOT en a profité pour dénoncer, une fois de plus, les erreurs de choix techniques et la mauvaise gestion d'un système embryonnaire - faute de volonté politique - qui rendent le tout inefficace au regard des sommes investies.

 

Voici le texte de son intervention :

 

Faute de volonté politique, la ville de Fos-sur-Mer ne compte que 18 caméras réparties sur seulement deux sites :

 

Le parking 160 :

 

Comprend 13 caméras, soit 10 caméras à l'extérieur et 3 caméras à l'intérieur, dont deux ne fonctionnent plus depuis des mois, l'une étant en panne et l'autre ayant été vandalisée l'an dernier.

 

Le Port de plaisance et la base voile :

 

Comprend 5 caméras, dont l'une est également en panne depuis des mois, avec un devis de réparation envoyé à la mairie par la société de maintenance et resté sans réponse à ce jour.

 

Donc, sur un total de 18 caméras à peine, seulement 15 sont en état de fonctionnement aujourd'hui, MAIS PRATIQUEMENT TOUTES SONT INEFFICACES CAR  :

 

Les caméras qui ont été installées sont essentiellement des caméras sous dôme. On comprend aisément que si le dôme en question n'est pas très régulièrement nettoyé, notamment en bord de mer, la caméra ne sert à rien. Or, le marché ne prévoit que trois maintenances par an !

 

De plus, il s'écoule de trop longs mois entre la remise d'un devis d'intervention sur bordereau de la part de la société de maintenance et le feu vert de la commune pour l'intervention.

 

Du coup, certaines caméras ne fonctionnent pas depuis plus d'un an !

 

Outre le manque de réactivité, l'inefficacité du système s'explique aussi par des erreurs de choix de matériel au départ.

 

Pour réduire les fréquences d'intervention, il fallait installer des caméras équipées d'un essuie-glace et d'un pare-soleil intégrés et PAS des caméras sous dôme en plexi, surtout en bord de mer à cause du soleil, de l'eau, du sel, du sable et du vent.

 

Les mâts de fixation de marque AZULY qui supportent les caméras auraient dû être ceux sans les portes d'accès (il en existe avec et sans) de façon à éviter les actes de vandalisme et les infiltrations d'eau sur le câblage et l'électronique internes. Or, ce sont des mâts avec porte qui ont été installés.

 

Pour une surveillance bien plus efficace que des caméras fixes, ce sont des caméras sur tourelle rotative motorisée qui auraient dû être choisies.

 

Cela aurait peut être permis, par exemple, d'identifier ceux qui, cet été, sont parti avec tout le stand et le matériel d'un commerçant de la plage - soit des dizaines de milliers d'euros de préjudice - et ceci sous l'oeil d'une caméra dont l'enregistrement s'est révélé être particulièrement... inexploitable.

 

Enfin, la gestion des images de ces quelques caméras est faite par un logiciel de la société I Process.

 

Or, il faut savoir que ce logiciel a surtout été conçu pour gérer des dizaines de caméras. Il est donc surtout adapté pour des villes ayant une vraie politique de vidéo protection, ce qui n'est pas votre cas.

 

Du coup, vous avez acquis un produit hors de prix et sous utilisé qui nous coûte très cher, pour rien.

 

A titre de comparaison, c'est ce logiciel d'I Process qui a été choisi par la ville la plus vidéo surveillée de France : Nice. Sauf que Nice compte plus de 1000 caméras sur son territoire, soit une caméra pour 345 habitants. A Fos on en est encore très loin.

 

On note d'ailleurs que Fos-sur-Mer ne figure même pas dans les villes clientes référencées par la société I Process sur son site internet, alors qu'y figurent, outre Nice, les villes de Lyon, Aix-en-Provence, Toulouse, Villepinte, Bourges, Agde, Ajaccio, Tarbes, Mougins, etc...

 

Le choix initial de ce logiciel apparaît donc, aujourd'hui, lui aussi, inadapté.

 

J'ajoute que la technologie évoluant, la maintenance doit être, en matière de logiciel comme de matériel, également exemplaire et évolutive, ce qui passe par une formation et une mise à jour régulières des personnels opérants.

 

Comme le précise I Process sur son site internet : "dans le cas contraire, tous les investissements auront coûté trop cher".

 

Dont acte.

 

Enfin et pour finir, permettez-moi de vous rappeler que :

 

C'est en janvier 2009 que le Conseil municipal avait voté pour l'installation d'un système de vidéo surveillance au Port de plaisance et au parking 160.

 

L'entreprise SOGESTREL SA avait obtenu un marché de 15.746 € HT pour la tranche ferme et de 11.622 € HT pour la tranche conditionnelle.

 

L'entreprise NSM SAS avait elle obtenu un marché de 93.478 € HT pour la tranche ferme et de 81.821 € HT pour la tranche conditionnelle.

 

Ces marchés avaient également fait l'objet d'avenants votés lors du Conseil municipal d'octobre 2009, portant sur des modifications techniques des mâts béton supportant les caméras.

 

A cette occasion, je m'étais ABSTENU en précisant bien que ce n'était pas pour des raisons idéologiques ou politiques - CAR JE SUIS A 100% POUR LA VIDEO PROTECTION - mais par rapport à vos choix techniques que les spécialistes que j'avais consultés à l'époque m'avaient expliqué ne pas être les bons.

 

Quatre ans plus tard et vu le résultat, je pense qu'une fois de plus vous auriez du m'écouter.

 

Tout ceci avait d'ailleurs parfaitement été relaté dans un article de La Provence du 9 octobre 2009 :

 

La Pce vidéossurveillance à Fos

cliquer sur l'image pour agrandir 

 

Cet article relatait également vos propos M. Raimondi, selon lesquels la municipalié prévoyait une évaluation de ce système. Mais depuis, rien de rien.

 

Vous nous annonciez également que toutes les caméras seraient équipées "d'un système de détection du comportement". Magnifique annonce à l'époque.

 

Sauf qu'aujourd'hui, si elles pouvaient diffuser autre chose qu'un écran noir, ce serait déjà pas mal.

 ECRAN NOIR

 

 

L'UMP garde un oeil sur la vidéosurveillance

cliquer sur l'image pour agrandir

 

 

 

 

 

Published by Philippe MAURIZOT - dans Conseil municipal.
commenter cet article

Les 10 Derniers Articles

  • "FOS D'ABORD"... VRAIMENT ?
    Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, le dernier point à l'ordre du jour consistait à prendre position sur l'accueil d'une famille de migrants dans notre ville, avec mise à disposition d'un appartement T3 sur le c ontingent communal. La majorité...
  • Logements neufs : aveu d'échec à Ouest Provence.
    Les objectifs ambitieux (trop ambitieux ?) des élus de la majorité de OUEST PROVENCE en matière de logement sur notre territoire sont loin d'être atteints. Sur la période 2009-2014, la part globale de logements (privés et sociaux) réalisée par rapport...
  • Pour le maire, c'est "Charlie Hebdo". Pour nous, c'est "Je suis Charlie" !
    Cliquer sur le texte ci-dessus pour l'agrandir Ecoutez ci-dessous - en cliquant sur le bouton orange - l'argumentaire développé à ce sujet par Philippe MAURIZOT, lors du Conseil municipal du 20 janvier dernier.
  • CONSEIL MUNICIPAL DU 24 FEVRIER 2015 : Fos-sur-Mer mal défendue au Conseil Général et donc mal classée par l'hebdomadaire l'EXPRESS.
    Le Conseil municipal du 24 février 2015 a mal commencé. L'élu du Front de Gauche a manifesté sa colère contre le Maire en quittant la table du Conseil municipal pour aller s'installer... dans le public ! La première intervention de Philippe MAURIZOT porte...
  • JE SUIS CHARLIE
    Le 7 janvier 2015, notre démocratie a pris une balle en pleine poitrine. Des obscurantistes barbares se sont livrés à des actes de guerre au cœur même de notre capitale. Horreur, condamnation, tristesse. Plus de mots ne serviraient à rien. Maintenant,...
  • McDo à FOS : oui, mais... pas à cet emplacement !
    Lors du Conseil municipal du 15 décembre 2014, la majorité a donné son feu vert pour l'implantation d'un restaurant Mc Donald's à l'entrée sud de la ville, entre la plage, les marais salants, les arènes, l'office de tourisme et la chapelle Notre Dame...
  • REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES : le maire de Fos prend les parents pour des faisans !
    La réforme des rythmes scolaires qui s’applique aujourd’hui figurait au 38e rang des 60 engagements du candidat Hollande à la Présidentielle. Tout au long de sa campagne, ce dernier a proclamé qu’il reviendrait sur la semaine de 4 jours instaurée en 2008...
  • "FOS-SUR-MER, UN ECRIN DE VIE"... VRAIMENT ?
    Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 août 2014, vers 3H15 du matin, les habitants des immeubles nord de La Saladelle ont été réveillés par l'odeur de la fumée. Des véhicules étaient en flammes sur le parking adjacent aux terrains de tennis récemment...
  • René Raimondi joue le "FN-PS" au sein du SAN Ouest Provence
    Au cours du Conseil intercommunal du SAN Ouest Provence du 23 juin 2014, la question de la constitution des groupes politiques a été traitée dans le cadre du vote du règlement intérieur de cette assemblée. René Raimondi, Président socialiste du SAN Ouest...
  • ECRANS NOIRS POUR LA VIDEO SURVEILLANCE A FOS-SUR-MER
    A l'occasion du Conseil municipal du 19 septembre 2013, une question portait sur la prolongation du marché de maintenance des quelques caméras de vidéo protection de la ville. Philippe MAURIZOT en a profité pour dénoncer, une fois de plus, les erreurs...

Association

Les amis

L'association de soutien à Philippe MAURIZOT a pour but de rassembler, pour définir et promouvoir un nouveau projet et une nouvelle politique pour la ville de Fos-sur-Mer et ses habitants, défendus par Philippe MAURIZOT.

L'association a également pour objet d'informer les Fosséens sur tous les problèmes les concernant, de défendre leurs intérêts et de leur proposer une ambition innovante et collective pour leur ville et pour eux mêmes.

Dans ce but, elle organise diverses actions.

Quel que soit votre profil et quelle que soit votre sensibilité :

 

REJOIGNEZ

L'Association de soutien à

Philippe MAURIZOT

 

Pour cela, adressez vos nom, prénom, adresse, numéro de téléphone et e-mail à :

 

philippe.maurizot@sfr.fr

 

Frais d'adhésion : 5€ par an et par personne.