Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Philippe MAURIZOT est diplômé d'universités françaises et étrangères (boursier), sous-officier de réserve de l'Armée de l'Air (BA 125), a collaboré avec différentes entreprises de la région comme consultant. Il est aujourd'hui dirigeant de sociétés.

Résidant ici depuis toujours, investi dans la vie politique locale depuis plus de 20 ans, il a été candidat au Conseil Général des BdR en 2008 sur le canton d'Istres sud, candidat au Conseil Régional PACA en 2010, candidat suppléant aux législatives 2012 sur la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône et candidat tête de liste aux municipales 2014 à Fos-sur-Mer.

Dés 2001, il est élu Délégué au SAN Ouest Provence.

Il est aujourd'hui Conseiller Régional de Provence Alpes, Côte d'Azur dont il est Vice-président de la Commission Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique, Vice-président du Conseil de territoire Istres, Ouest Provence et Conseiller municipal de la ville de Fos-sur-Mer.

En 2016, il est élu Délégué "Les Républicains" de la XIIIème Circonscription des Bouches-du-Rhône après en avoir été le Conseiller National pendant deux mandats consécutifs.

Ce site présente son point de vue et ses actions sur les sujets et dossiers communaux et intercommunaux.

Vous pouvez également retrouver toute son actualité sur sa page FACEBOOK.

Recherche

Contact

     nveau pavé

Videowall

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 19:36

Le 17 février dernier à Allauch, René Raimondi, maire socialiste de Fos-sur-Mer et Conseiller général, assistait, en présence de Jean-Noël Guérini, Président socialiste du Conseil général, à une réunion de militants du PS dans le cadre des élections cantonales.

 

Ce soir là, filmé et interrogé par Maritima Info, mais aussi par France Inter et France Bleue, René Raimondi a tenu des propos foncièrement hallucinants, visant à soutenir le Président du Conseil général, pourtant gravement mis en cause dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui :  le système Guérini.

 

Dans son interview, outre le fait qu’il se compare au Christ : "Moi, tous les matins quand je me lève, j’ai l’impression d’être le Christ (…) le Christ qui va être crucifié", M. Raimondi, en guise d’argument pour défendre le Président du Conseil général, a l’indécence d’inverser l’ordre des choses, en déclarant sans rire : "Très honnêtement, moi je le dis haut et fort et j’ai pas honte de le dire, la confiance en la justice je ne l’ai plus mais depuis longtemps (…) Je n’ai plus ni confiance en la justice, ni confiance en cette république et en cette démocratie qui n’en est plus une".

 

 

 

 

A ces propos, je réponds à M. Raimondi que contrairement à lui, les démocrates de tous bords s’accordent à penser :

 

1° Que la seule chose qui pourrait leur faire perdre confiance en la justice c’est qu’elle n’aille pas jusqu’au bout sur le dossier Guérini.

 

2° Que ceux qui mettent en péril la république et la démocratie, ce sont précisément ceux qui mélangent pouvoir politique, affairisme et grand banditisme…

 

Alors pourquoi René Raimondi couvre t-il de la sorte Jean-Noël Guérini et le "système" du même nom ?

 

Voici quelques éléments de réponse :

 

Fin février 2009, René Raimondi propose à "son ami Jean-Noël Guérini" de "devenir le patron du futur Syndicat Mixte des Déchets" et de "tenir un rôle prépondérant dans la mise en place du plan départemental d’élimination des déchets" et ceci en parfaite contradiction avec le fait qu’il lui reprochait jusqu’alors d’avoir trahi sa promesse de stopper l’incinérateur s’il était élu.

 

                                                                            Une pleine page de promesses

       Article La Provence du 25-02-09             parue dans La Provence du 24-05-03

                            Syndicat déchets à Guérini                                                      Guerini-s-engage-contre-l-incinerateur-copie-1.jpg

                  (Cliquer sur l'image pour agrandir)                                     (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Puis, début avril 2009, René Raimondi vote au SAN Ouest Provence le lancement du projet METHA13, une usine géante de méthanisation qui devrait être construite sur des terrains déjà réservés à côté de l’incinérateur. Ce projet vise à traiter à Fos, en plus des ordures de la Communauté Urbaine de Marseille, celles de : Alleins, Arles, Aurons, Istres, La Barben, Berre, Charleval, Cornillon, Eyguières, Fontvieille, Fos-sur-Mer, La Fare, Grans, Lamanon, Lançon, Mallemort, Martigues, Miramas, Pélissanne, Port-de-Bouc, Port-St-Louis, Rognac, St-Chamas, St-Martin-de-Crau, St-Mitre, Salon, Sénas, Velaux et Vernègues.

 

On imagine aisément le business colossal que représente un tel projet - et les marchés correspondants - à travers les différentes opérations relatives à la gestion de telles quantités d’ordures.

 

Car, au total, ce sont les poubelles de 1,4 million de personnes qui pourraient ainsi être traitées à Fos-sur-Mer dans un avenir proche.

 

Article "Après l'incinérateur, le projet METHA13" ICI : Link

 

 

C’est ici qu’il convient de rappeler :

 

1° Que l’implantation à Fos-sur-Mer d’un Centre départemental de traitement des déchets comprenant un incinérateur, a été présentée et défendue - dés juin 1999 - par Bernard Granié alors maire de Fos-sur-Mer.

 

Dans un article de La Provence du 4 juin 1999, M. Granié déclare : "(…) pourquoi les ordures ne nous intéresseraient-elles pas ? (…) Il ne s’agit pas d’un simple incinérateur, mais d’un véritable centre de traitement des déchets (…) une diabolisation puérile ne mènera à rien".

 

Article de La Provence du 4 juin 1999 (Interview de B. Granié) ICI : Link

 

2° Que c’est ce même Bernard Granié, devenu Président du SAN Ouest Provence, qui a été reconnu coupable de corruption passive, trafic d’influence commis par une personne exerçant une fonction publique, et atteinte à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics, et qui a été condamné, le 20 janvier 2010, à un an de prison ferme, 100.000 Euros d’amende, et 5 ans d’inéligibilité.

 

Condamnation qui, le 7 septembre 2011, a été alourdie par la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence qui a confirmé la sentence et doublé la peine de prison ferme.

 

Or, certains éléments du procès Granié, qui s’est tenu le 25 novembre 2009 à Aix-en-Provence, évoquent singulièrement le système Guérini :

 

1° Bernard Granié aurait fourni des informations précieuses à Provence Recyclage,  société de collecte et traitement des déchets, afin qu’elle obtienne les marchés de gestion des ordures du SAN Ouest Provence. En échange, Gérard Calvière, dirigeant de cette entreprise, aurait versé 100.000 Euros par an, pendant au moins trois ans, à Bernard Granié, sous forme de liquidités, ou via des locations fictives de véhicules auprès de la société de location de voitures gérée par l’un des fils Granié.

 

2° La SMA Vautubière, société d’Alexandre Guérini, obtient également des marchés  du SAN Ouest Provence, comme le marché du 5 mai 2009, pour une durée de 4 ans, correspondant à "l’exploitation de centres de transfert, transports des déchets ménagers et traitement des ordures ménagères en Centre de Stockage de Déchets Ultimes (C.S.D.U.), pour 42 050 tonnes d’ordures ménagères collectées et 435 tonnes de déchets ménagers recyclables".

 

Avis d'attribution du marché du 5 mai 2009 : "Enlèvement, transport et traitement des déchets de Ouest-Provence" - Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir :

 

                          P1-6      6      6-copie-3

                          6-copie-4      6-copie-2      6-copie-1   

 

3° - A l’occasion des perquisitions au domicile de Bernard Granié, la police découvrira une lettre qui lui a été adressée par un truand fiché au grand banditisme, Joachim Santiago, abattu antérieurement. Ce dernier s’adresse à Bernard Granié en ces termes : "J’espère que tu vas bien Bernard … Ces flics de merde m’ont tout pris"puis il demande de l’aide à Bernard Granié et s’engage, en échange, à faire en sorte que ce dernier reste politiquement en place à Fos-sur-Mer.

 

Au cours de sa plaidoirie en défense, Me Michel Pezet, l’un des avocats de Bernard Granié, également Conseiller général socialiste, ancien député et ancien Président du Conseil régional PACA, ira jusqu’à dire : "Bernard Granié est un homme politique en fin de carrière et il y a beaucoup plus puissant, beaucoup plus haut que Bernard Granié…" Cette phrase résonne comme un écho aux déclarations de Bernard Granié lui même, qui avait dit aux policiers en 2007 : "il est peut-être plus facile de cibler certaines collectivités que d’autres…". Ces propos repris par l’AFP, semblent faire référence, de façon évidente aujourd’hui, aux Guérini d’une part, et au Conseil général des Bouches-du-Rhône ainsi qu’à la Communauté Urbaine de Marseille, d’autre part.

 

En conclusion :

 

René Raimondi,  qui défend aujourd’hui Jean-Noël Guérini avec des arguments foncièrement hallucinants, avait déjà, au lendemain de l’incarcération préventive de son mentor Bernard Granié, en janvier 2007, convoqué une conférence de presse. Au cours de celle-ci, il témoignait toute sa confiance et son soutien à celui qui, bien qu’en prison, demeurait le Président du SAN Ouest Provence.

 

Pour ma part, contrairement à M. Raimondi, c’est à la justice de mon pays que je fais confiance, pas à des élus au comportement indigne : je souhaite que cette justice tranche le tentacule que le système Guérini semble avoir étendu jusqu’à Fos-sur-Mer.

 

Ces pratiques donnent à nos concitoyens une image détestable de l’engagement et de l’action politique et mettent en péril notre démocratie.

 

Aussi, si des élus corrompus devaient finir en croix, ce n’est que d’une "crucifixion" pénale méritée dont il pourra s’agir, à la satisfaction des citoyens honnêtes et des véritables démocrates de tous bords.

 

Suivi de l'actualité de ce dossier à travers la presse :

 

Article de Liberation.fr du 2 avril 2011 ... édifiant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe MAURIZOT - dans Affaire Guérini
commenter cet article

commentaires

la fille du puisatier 18/04/2011 17:14


bien vu Nana,mais pourquoi se morfondre en silence, il faut continuer à dénoncer, par exemple interroger les services sociaux pour savoir si l'embauche de madame Raimondi correspond à un dossier en
suspend d'assstance sociale...Sûr les revenus de Mr ne doivent pas suffire...

Les "trurpides roses"sont un puits sans fond et le mines ne servent plus à grand chose quand on voit la réélection du président du CG !.
Comme il est dit dans le dialogue de Pagnol:
"la mine, elle a cagué",
voyons le prochain jugement d'appel si le bruit de fond sera sourd...


NANA13 12/04/2011 16:17


Mais voyons le système est toujours en place, les passe-droits, le clientélisme, l'abus de pouvoir, la prise d'intérêt c'est le cocktail rose qui abreuve la Fédération Socialiste des Bouches du
Rhône. Mais qui oserait s'en plaindre ? Surtout pas ceux qui profitent de ce système en toute quiétude. Tant que la justice n'aura pas fait son oeuvre le mal continuera à s'étendre. La région
entière est gangrénée par ce système, il est temps de faire le ménage avant les élections présidentielles. En attendant morfondons nous en silence.


majax 07/04/2011 19:54


oh catarinetabella tsoin tsoin,

Encore un "tour de passe passe" , il semblerait que ce soit "secrétaire générale" (et non DRH) mais ce serait un poste créé spécialement , le fait du prince en quelque sorte.

On a coupé la tête des nobles en 1789, moins pour supprimer leurs privilèges que pour que les élus (qui ont remplacé les nobles) en profitent à leur place.

Certains en profitent plus que d'autres qui font bien leur boulot et honnêtement . Cela méritera bientôt d'être signalé en raison de la rareté du fait


oh catarinettabella tchi tchi 07/04/2011 16:53


un bruit court....
il paraît que madame Raimondi serait embauchée comme DRH au SAN!?

Si cela était vrai cela voudrait dire , qu'elle aurait postulé comme d'autres . Confrontée à une concurence dans le respect des règles de l'égalité républicaine, qu'elle à les diplômes requis, que
les ressources familiales justifient que le cas, social ait témoigné, un effort de sélection avéré pour des motifs solides...et exemplaires.

Pour le respect de la situation du conjoint, il conviendrait que toutes ces déclinaisons soient publiées afin d'éclairer le bon peuple....en recherche d'emploi et l'encourager dans ses recherches,
pour lui montrer qu'il peut espérer, tout arrive.

Est-ce vrai?


Paul 07/04/2011 08:58


Bravo Mr MAURIZOT ! Un super conseil municipal hier.Vous avez été précis et percutant et le maire a même confirmé que c'est vous qui aviez raison dans l'analyse du budget au sujet des 11 millions
d'excédent. Un comble !!!!
Je me suis régalé. Merci.


Les 10 Derniers Articles

  • MEILLEURS VOEUX POUR 2017 !
    Madame, Monsieur, Chers amis, En ce début d'année, je vous souhaite, ainsi qu'à tous ceux que vous aimez, bonheur, réussites, joie de vivre et la santé pour en profiter ! Bien amicalement, Philippe MAURIZOT
  • "FOS D'ABORD"... VRAIMENT ?
    Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, le dernier point à l'ordre du jour consistait à prendre position sur l'accueil d'une famille de migrants dans notre ville, avec mise à disposition d'un appartement T3 sur le c ontingent communal. La majorité...
  • Logements neufs : aveu d'échec à Ouest Provence.
    Les objectifs ambitieux (trop ambitieux ?) des élus de la majorité de OUEST PROVENCE en matière de logement sur notre territoire sont loin d'être atteints. Sur la période 2009-2014, la part globale de logements (privés et sociaux) réalisée par rapport...
  • Pour le maire, c'est "Charlie Hebdo". Pour nous, c'est "Je suis Charlie" !
    Cliquer sur le texte ci-dessus pour l'agrandir Ecoutez ci-dessous - en cliquant sur le bouton orange - l'argumentaire développé à ce sujet par Philippe MAURIZOT, lors du Conseil municipal du 20 janvier dernier.
  • CONSEIL MUNICIPAL DU 24 FEVRIER 2015 : Fos-sur-Mer mal défendue au Conseil Général et donc mal classée par l'hebdomadaire l'EXPRESS.
    Le Conseil municipal du 24 février 2015 a mal commencé. L'élu du Front de Gauche a manifesté sa colère contre le Maire en quittant la table du Conseil municipal pour aller s'installer... dans le public ! La première intervention de Philippe MAURIZOT porte...
  • JE SUIS CHARLIE
    Le 7 janvier 2015, notre démocratie a pris une balle en pleine poitrine. Des obscurantistes barbares se sont livrés à des actes de guerre au cœur même de notre capitale. Horreur, condamnation, tristesse. Plus de mots ne serviraient à rien. Maintenant,...
  • McDo à FOS : oui, mais... pas à cet emplacement !
    Lors du Conseil municipal du 15 décembre 2014, la majorité a donné son feu vert pour l'implantation d'un restaurant Mc Donald's à l'entrée sud de la ville, entre la plage, les marais salants, les arènes, l'office de tourisme et la chapelle Notre Dame...
  • REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES : le maire de Fos prend les parents pour des faisans !
    La réforme des rythmes scolaires qui s’applique aujourd’hui figurait au 38e rang des 60 engagements du candidat Hollande à la Présidentielle. Tout au long de sa campagne, ce dernier a proclamé qu’il reviendrait sur la semaine de 4 jours instaurée en 2008...
  • "FOS-SUR-MER, UN ECRIN DE VIE"... VRAIMENT ?
    Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 août 2014, vers 3H15 du matin, les habitants des immeubles nord de La Saladelle ont été réveillés par l'odeur de la fumée. Des véhicules étaient en flammes sur le parking adjacent aux terrains de tennis récemment...

Association

Les amis

L'association de soutien à Philippe MAURIZOT a pour but de rassembler, pour définir et promouvoir un nouveau projet et une nouvelle politique pour la ville de Fos-sur-Mer et ses habitants, défendus par Philippe MAURIZOT.

L'association a également pour objet d'informer les Fosséens sur tous les problèmes les concernant, de défendre leurs intérêts et de leur proposer une ambition innovante et collective pour leur ville et pour eux mêmes.

Dans ce but, elle organise diverses actions.

Quel que soit votre profil et quelle que soit votre sensibilité :

 

REJOIGNEZ

L'Association de soutien à

Philippe MAURIZOT

 

Pour cela, adressez vos nom, prénom, adresse, numéro de téléphone et e-mail à :

 

philippe.maurizot@sfr.fr

 

Frais d'adhésion : 5€ par an et par personne.