Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Philippe MAURIZOT est diplômé d'universités françaises et étrangères (boursier), sous-officier de réserve de l'Armée de l'Air (BA 125), a collaboré avec différentes entreprises de la région comme consultant. Il est aujourd'hui dirigeant de sociétés.

Résidant ici depuis toujours, investi dans la vie politique locale depuis plus de 20 ans, il a été candidat au Conseil Général des BdR en 2008 sur le canton d'Istres sud, candidat au Conseil Régional PACA en 2010, candidat suppléant aux législatives 2012 sur la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône et candidat tête de liste aux municipales 2014 à Fos-sur-Mer.

Dés 2001, il est élu Délégué au SAN Ouest Provence.

Il est aujourd'hui Conseiller Régional de Provence Alpes, Côte d'Azur dont il est Vice-président de la Commission Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique, Vice-président du Conseil de territoire Istres, Ouest Provence et Conseiller municipal de la ville de Fos-sur-Mer.

En 2016, il est élu Délégué "Les Républicains" de la XIIIème Circonscription des Bouches-du-Rhône après en avoir été le Conseiller National pendant deux mandats consécutifs.

Ce site présente son point de vue et ses actions sur les sujets et dossiers communaux et intercommunaux.

Vous pouvez également retrouver toute son actualité sur sa page FACEBOOK.

Recherche

Contact

     nveau pavé

Videowall

20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 22:25

amianteEn décembre 2007, alors que je n’étais que candidat aux élections cantonales, des habitants du quartier du Mazet, ainsi que leur Président d’association, m’avaient fait part de leurs inquiétudes concernant des rumeurs sur la présence d’amiante dans certains matériaux de leurs maisons propriétés du Nouveau Logis Provençal.

 

Devant leurs difficultés à obtenir des résultats d’analyses auprès de ce bailleur social, les habitants en question m’avaient demandé d’intervenir.

 

Ayant constaté la vétusté de certaines de ces 87 maisons à ossature bois et le fait que six d’entre elles avaient été murées, j’entrepris d’obtenir des résultats d’analyses, d’abord en téléphonant, puis en adressant une lettre recommandée, en date du 13 décembre 2007, à la Direction du Nouveau Logis Provençal à Marseille.


                                              Lettre Mazet 13-12-07     courrier NLP 13-12-07

Cliquer sur les documents pour les agrandir 


Au 28 janvier 2008, ma requête étant restée lettre morte, je menaçais ce bailleur social - à défaut d’une réponse sous 48 heures - d’organiser une conférence de presse sur place.


Le 30 janvier 2008, j’obtenais une réponse écrite du bailleur, réponse qui se voulait rassurante quant au résultat de l’analyse de l’air effectuée dans l’une des maisons, mais qui passait complètement sous silence le résultat de l’analyse des matériaux et notamment du revêtement extérieur des maisons qui, par endroit, tombe par morceaux, engendrant des poussières volatiles.


                                     PHM obtient des réponses 8-2-08    Réponse NLP 30-1-08

Cliquer sur les documents pour les agrandir 


Depuis, le temps a passé et ce dossier n’a été évoqué en Conseil municipal, pour la première fois, que le 2 septembre 2009.


A cette occasion, M. Raimondi a confirmé qu’il avait connaissance de la présence d’amiante au niveau de ces maisons depuis 2004 (cf. PV du CM du 02/09/09).


Cependant, lors de cette même assemblée, quand je lui ai demandé s’il détenait des résultats d’analyses pour déterminer, avec certitude, la localisation de l’amiante et donc du danger potentiel, Monsieur le maire m’a répondu : « Je ne suis pas technicien. Je ne connais pas le système. Je ne sais pas si on peut le faire, sous quelles conditions, et surtout quel est le moment propice. On peut toujours lancer un appel d’offre là-dessus et voir ce qu’on nous dit » (cf. PV du CM du 02/09/09).


Tout en ajoutant : « j’indique que c’est dans la colle qu’on retrouve l’amiante… De la même manière, la dégradation des façades fait que l’amiante devient apparente… » (cf. PV du CM du 02/09/09).

 

Las de ne pas savoir, j’ai, au cours de cette même séance, proposé de faire effectuer, à mes frais et par un laboratoire accrédité, une analyse du seul matériau auquel j’avais accès : le revêtement extérieur des maisons. Comble de l’ironie, M. Raimondi a alors répondu : « je ne trouve pas normal que vous le preniez à votre charge » (cf. PV du CM du 02/09/09).


J’ai donc chargé le laboratoire ITGA d’Aix-en-Provence de s’en occuper. Des échantillons ont été prélevés et analysés au Microscope Optique à Lumière Polarisée (MOLP), méthode MDHS 77, en date du 29 septembre 2009.


Comme, il ne s’agit pas d’un gaz, mais de l’analyse d’un solide, le résultat ne s’exprime pas en nombre de fibres par litre. Car en matière d’analyse de matériaux et pour l’application de la législation qui en découle, le laboratoire ne doit que confirmer ou infirmer la présence de fibres d’amiante.


En l’occurrence, le laboratoire ITGA confirme la présence de fibres d’amiante chrysotile dans le revêtement externe des maisons.

Annexe 1 - Résultat analyses

Cliquer sur le document pour l'agrandir 


Pour information, la chrysotile ou « amiante blanc » est une variété de fibre d'amiante. Ininflammable et imputrescible, il a représenté jusqu’à 94% du marché mondial de l’amiante. Cependant, ses caractéristiques physico-chimiques associées à une capacité à se fractionner en particules microscopiques, font que son inhalation est dangereuse : la fonction pulmonaire peut être gravement compromise (amiantose) allant jusqu’au cancer du poumon ou de la cavité pulmonaire.

 

C’est pourquoi, une trentaine de pays dans le monde ont interdit l’usage de l’amiante chrysotile.

 

En France, il est classé cancérigène depuis 1977 et interdit depuis 1997.

 

Au cours de ce même Conseil municipal du 2 septembre 2009, lorsque j’ai demandé à M. Raimondi pourquoi il n’avait pas fait pression sur le bailleur social, ni informé plus largement le voisinage, il m’a rétorqué « que les bailleurs sociaux n’étaient pas des interlocuteurs faciles » après m’avoir dit précédemment que « les relations que j’entretenais avec le Nouveau Logis Provençal, c’était mon problème et pas tout à fait le sien » et compte tenu des pressions que j’avais exercées, seul, sur ce bailleur (cf. PV du CM du 02/09/09).


Voulant communiquer, lors du Conseil municipal suivant, le résultat des analyses que j’avais obtenu, j’ai adressé, en date du 25 septembre 2009, un courrier au maire, lui demandant de bien vouloir porter ce point à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal.


M. Raimondi ayant (opportunément ?) programmé celui-ci pour le 7 octobre 2009, il n’a pas retenu ma demande au motif qu’elle avait été adressée 11 jours seulement avant la date dudit conseil, alors que le règlement préconise 15 jours.


Cependant, ma demande restait valable pour le Conseil suivant…


Le vendredi 30 octobre 2009, vers 15h00, je reçois un appel de M. Emmanuel Millet, responsable du Pôle Juridique de la mairie de Fos-sur-Mer. Celui-ci, embarrassé, me demande de reformuler ma demande par écrit en la détaillant davantage, car le maire était « inquiet et ne souhaitait pas avoir de surprise » me dit-il.


Ce que je fis en fournissant, in extenso, le document que je souhaitais lire au Conseil municipal suivant. J’ai donc porté l’ensemble des pièces : texte, rapport d’analyse, note de calcul, photos… en mains propres à M. Emmanuel Millet, dans son bureau à la mairie de Fos-sur-Mer, le mardi 3 octobre 2009 à 14h30.

 

                                             Annexe 2 - Note de calculs         Annexe 3 - photos

 

Cliquer sur les documents pour les agrandir 


Le 14 novembre 2009, je recevais l’ordre du jour du Conseil municipal du 19 novembre 2009, mais, malgré le respect d’un délai de 15 jours par rapport à ma seconde demande et de 54 jours par rapport à ma première demande, l’ordre du jour de ce nouveau Conseil municipal ne mentionne toujours pas le dossier de l’amiante du Mazet !


Pourquoi ?

 

                                         Presse 18-11-09           Presse 2 21-11-09

Cliquer sur les documents pour les agrandir

 

Est-ce parce que dans ma deuxième requête était mentionné que :


Compte tenu de la présence désormais qualifiée et quantifiée d’amiante, je demandais à M. le Maire, que dans le cadre de la future démolition programmée de ces 87 maisons, la municipalité veille à ce que :


1° La norme AFNOR NF X 46 - 020 de novembre 2002 intitulée « Diagnostique amiante - repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante dans les immeubles construits avant 1997 » soit bien appliquée préalablement à la démolition engendrant évidemment un surcoût important ?


2° La démolition de ces 87 maisons fasse bien l’objet d’un plan déposé à la Direction Départementale du Travail ?


3° Les travaux de démolition soient bien effectués par une entreprise habilitée et selon les méthodes réglementaires visant à protéger les travailleurs et le voisinage, dont je rappelle qu’il comprend l’école du Mazet et sa cour de récréation à moins de 50 mètres ?


Et que j’insistai sur ces points car :


a - Un calcul rapide permet d’estimer le volume total de ce seul enduit contaminé à :


215 m3 de volume primitif plein

301 m3 de volume foisonné

 

On imagine donc la poussière contaminée générée par de tels travaux de démolition, d’autant qu’une suspicion existe sur d’autres matériaux comme la colle des dalles de sol par exemple, ce qui viendrait augmenter d’autant le volume de matière contaminée à évacuer et donc la poussière générée.

 

b - Les rapports du Sénat mettent en évidence le fait que si la réglementation existe en matière de démolition de bâtiments amiantés, les contrôles sont peu fréquents et les sanctions peu dissuasives. Ainsi, une étude nationale a révélé qu’en 2005, 67% de ces chantiers avaient  présenté des anomalies, ce chiffre montant jusqu’à 76% en 2006. C’est pourquoi, en 2008, pour la première fois et afin de stopper ces dérives, une entreprise et son Directeur ont été condamnés au pénal par le Tribunal Correctionnel de Lille.

 

Je demandai également à M. Raimondi que, sans tarder davantage, le principe de précaution soit appliqué :

 

1° En mettant, en sécurité c'est-à-dire en identifiant et en rendant inaccessible le revêtement mural amianté détérioré qui se trouve, à hauteur d’homme, du côté de la voie publique (annexe 3). Car en se rendant sur place, on constate que les enfants, ignorants du danger, s’amusent avec des morceaux de ce revêtement plein de fibres d’amiante. Ils s’en servent de « craie » pour dessiner sur le sol…

 

En informant plus largement les parents, les enfants, le personnel de l’école ainsi que le voisinage sur la situation.

 

Je me demande d’ailleurs pourquoi de telles mesures élémentaires non pas été mises en place dès 2004, date à partir de laquelle M. Raimondi dit pourtant avoir été averti de ce problème. En d’autres termes, pourquoi n’a t il pas appliqué, à partir de cette date, le principe de précaution qu’il a toujours médiatiquement tant préconisé par ailleurs ?

 

Compte tenu de tout ce qui précède, je sollicitais également dans ma demande, qu’à compter d’aujourd’hui et pour la transparence de ce dossier, tout ce qui s’y rattache passe systématiquement devant le Conseil municipal.

 

Mon opiniâtreté a payé, j'ai finalement été entendu.

 

TRACT N-B AMIANTE

Cliquer sur le document pour l'agrandir 


Ce que je déplore, c'est qu'après avoir tant gesticulé et entrepris de coups d’éclats contre l’incinérateur et d’autres dossiers à caractère industriel, M. Raimondi n’a quasiment pas bougé sur ce dossier de l’amiante, au motif que : « le bailleur social n’était pas un interlocuteur facile… ».


Sans ma détermination et mes interventions, la chape de plomb aurait été maintenue sur ce dossier au détriment de la santé publique et aujourd’hui, les mesures de protection coûteuses - mais indispensables - qui vont être prises à l’occasion de la déconstruction de ces maisons, n’auraient certainement pas été mises en œuvre. 

 

La Pce 1-7-11

Cliquer sur le document pour l'agrandir

Repost 0
Published by Philippe MAURIZOT - dans Amiante au Mazet.
commenter cet article

Les 10 Derniers Articles

  • MEILLEURS VOEUX POUR 2017 !
    Madame, Monsieur, Chers amis, En ce début d'année, je vous souhaite, ainsi qu'à tous ceux que vous aimez, bonheur, réussites, joie de vivre et la santé pour en profiter ! Bien amicalement, Philippe MAURIZOT
  • "FOS D'ABORD"... VRAIMENT ?
    Lors du conseil municipal du 15 octobre 2015, le dernier point à l'ordre du jour consistait à prendre position sur l'accueil d'une famille de migrants dans notre ville, avec mise à disposition d'un appartement T3 sur le c ontingent communal. La majorité...
  • Logements neufs : aveu d'échec à Ouest Provence.
    Les objectifs ambitieux (trop ambitieux ?) des élus de la majorité de OUEST PROVENCE en matière de logement sur notre territoire sont loin d'être atteints. Sur la période 2009-2014, la part globale de logements (privés et sociaux) réalisée par rapport...
  • Pour le maire, c'est "Charlie Hebdo". Pour nous, c'est "Je suis Charlie" !
    Cliquer sur le texte ci-dessus pour l'agrandir Ecoutez ci-dessous - en cliquant sur le bouton orange - l'argumentaire développé à ce sujet par Philippe MAURIZOT, lors du Conseil municipal du 20 janvier dernier.
  • CONSEIL MUNICIPAL DU 24 FEVRIER 2015 : Fos-sur-Mer mal défendue au Conseil Général et donc mal classée par l'hebdomadaire l'EXPRESS.
    Le Conseil municipal du 24 février 2015 a mal commencé. L'élu du Front de Gauche a manifesté sa colère contre le Maire en quittant la table du Conseil municipal pour aller s'installer... dans le public ! La première intervention de Philippe MAURIZOT porte...
  • JE SUIS CHARLIE
    Le 7 janvier 2015, notre démocratie a pris une balle en pleine poitrine. Des obscurantistes barbares se sont livrés à des actes de guerre au cœur même de notre capitale. Horreur, condamnation, tristesse. Plus de mots ne serviraient à rien. Maintenant,...
  • McDo à FOS : oui, mais... pas à cet emplacement !
    Lors du Conseil municipal du 15 décembre 2014, la majorité a donné son feu vert pour l'implantation d'un restaurant Mc Donald's à l'entrée sud de la ville, entre la plage, les marais salants, les arènes, l'office de tourisme et la chapelle Notre Dame...
  • REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES : le maire de Fos prend les parents pour des faisans !
    La réforme des rythmes scolaires qui s’applique aujourd’hui figurait au 38e rang des 60 engagements du candidat Hollande à la Présidentielle. Tout au long de sa campagne, ce dernier a proclamé qu’il reviendrait sur la semaine de 4 jours instaurée en 2008...
  • "FOS-SUR-MER, UN ECRIN DE VIE"... VRAIMENT ?
    Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 août 2014, vers 3H15 du matin, les habitants des immeubles nord de La Saladelle ont été réveillés par l'odeur de la fumée. Des véhicules étaient en flammes sur le parking adjacent aux terrains de tennis récemment...

Association

Les amis

L'association de soutien à Philippe MAURIZOT a pour but de rassembler, pour définir et promouvoir un nouveau projet et une nouvelle politique pour la ville de Fos-sur-Mer et ses habitants, défendus par Philippe MAURIZOT.

L'association a également pour objet d'informer les Fosséens sur tous les problèmes les concernant, de défendre leurs intérêts et de leur proposer une ambition innovante et collective pour leur ville et pour eux mêmes.

Dans ce but, elle organise diverses actions.

Quel que soit votre profil et quelle que soit votre sensibilité :

 

REJOIGNEZ

L'Association de soutien à

Philippe MAURIZOT

 

Pour cela, adressez vos nom, prénom, adresse, numéro de téléphone et e-mail à :

 

philippe.maurizot@sfr.fr

 

Frais d'adhésion : 5€ par an et par personne.